Vous êtes ici : Accueil > Thématiques > Risques accidentels > Risque toxique
 
Risque toxique
 

2Définition et caractéristiques2

Le risque toxique est une notion difficile à appréhender. Il est lié à l’exposition de cibles à un danger qui correspond ici à un nuage généré après un re-largage accidentel d’une substance chimique à l’atmosphère (fuite, ruine de réservoir etc.).
Le rejet de gaz toxique peut être continu (en jet) ou bref (en bouffée). Il se disperse dans l’atmosphère sous l’effet de sa vitesse initiale, de l’effet de la gravité du à la densité du gaz, du vent, des conditions atmosphériques (stabilité atmosphérique, c’est-à-dire le profil vertical des températures), de l’hygrométrie et du relief.

La dispersion atmosphérique correspond au devenir d’un nuage de produit dangereux dans le temps et dans l’espace. Deux phénomènes se superposent lors de la dispersion d’un gaz dans l’atmosphère. Ces phénomènes sont le transport du gaz, sous l’effet du vent notamment, et la diffusion du gaz. Pendant sa diffusion, le nuage formé incorpore de l’air, et donc se dilue. Sa toxicité va donc décroître avec la distance au point de rejet.

Les paramètres les plus influents sur les effets toxiques à distance sont les suivants :

  • La densité du gaz : plus celle-ci est élevée, plus la diffusion du nuage dans l’atmosphère est défavorisée. Un gaz lourd restera au sol sans se diluer beaucoup avec l’air ; il restera donc assez concentré sur de grandes distances de transport 
  • Les conditions orographiques (vitesse du vent et stabilité atmosphérique) : par exemple, le vent transportera le gaz d’autant plus loin que sa vitesse sera élevée. De même, une atmosphère turbulente augmente la diffusion du gaz et aura donc pour conséquence d’abaisser la toxicité du nuage à distance. A l’inverse par exemple, une atmosphère stable, (c’est-à-dire dont la décroissance verticale de température est supérieure à celle dictée par la seule thermodynamique) aura tendance à empêcher les molécules de gaz de s’élever ; une telle atmosphère sera donc néfaste car elle empêchera la diffusion verticale.

2Comment une dispersion de gaz toxique peut se produire2

Les causes possibles sont nombreuses. On distingue principalement :

  • Les ruptures de capacités ou de tuyauteries (par exemple par dérive d’une réaction chimique dangereuse)
  • Les incendies de certains produits.

2Les effets de la dispersion toxique2

Les gaz toxiques sont caractérisés par leurs effets sur l’homme au travers de la notion de dose, qui tient compte de la concentration du gaz dans l’air et du temps d’exposition à cette atmosphère.

On distingue trois seuils :

  • Le seuil des effets irréversibles
  • Le seuil des premiers effets létaux (correspondant à une concentration létale pour 1% des personnes exposées)
  • Le seuil des effets létaux significatifs (correspondant à une concentration létale pour 5% des personnes exposées).

Les gaz combinant une haute toxicité et une densité élevée, tels le chlore, sont redoutables : les distances d’effets significatifs atteignent les dix kilomètres pour les rejets les plus importants (exemple : ruine totale d’une grosse capacité).

2Comment prévenir et se protéger des dispersions toxiques2

Le détail des moyens de protection contre les causes d’apparition de fuites toxiques ne seront pas détaillées ici.
Il est possible de se protéger contre les effets toxiques de plusieurs façons, par exemple :

  • Par des mesures d’atténuation du rejet au plus près de celui-ci : les services de secours peuvent par exemple interposer des rideaux d’eau qui vont favoriser la diffusion des gaz (les diluer) voire en absorber une partie par mise en solution dans l’eau (l’ammoniac se prête très bien à ce genre de mesure) 
  • Par des mesures de mise à l’abri (appelées confinement) des cibles potentielles,
  • Par des mesures de protection individuelles prévues en cas d’accident (par exemple des masques à gaz pour des salariés d’un site industriel…)

Pour plus d’informations :

Comment sont étudiés les risques ?
Dispersion atmosphérique : fiche 2 de la circulaire du 28 décembre 2006