Vous êtes ici : Accueil > Thématiques > Déchets > Entreposage et prétraitement
 
Entreposage et prétraitement
 

La chaîne d’opérations conduisant de la production de déchets à leur valorisation ou à leur élimination n’est pas une chaîne continue ; le passage d’une étape à l’autre, que ce soit dans l’entreprise, au moment du transport ou à l’extérieur de l’entreprise, exige souvent un entreposage. Cet entreposage permet, entre autres, de regrouper les déchets par familles homogènes et par quantités qui contribuent à l’optimisation des coûts de la filière.

2L’entreposage dans l’entreprise2

L’entreposage des déchets dans l’entreprise, avant leur évacuation, doit répondre à certaines exigences. Les déchets banals solides doivent être entreposés sur une aire étanche et protégée de façon à éviter leur entraînement par les eaux de pluie ou leur éparpillement par le vent.

Les déchets liquides doivent être entreposés dans des conteneurs étanches pour éviter les fuites. Des bacs de rétentions doivent permettre de limiter les risques liés aux écoulements accidentels ou aux incidents lors des transvasements.

Le choix du matériel de conditionnement doit être adapté à la durée d’entreposage, aux conditions de manipulation et de transport.

Au sein d’une zone industrielle, le regroupement d’entreprises permet une meilleure efficacité et la réalisation d’économies en matière d’entreposage et de gestion de déchets. Une collecte sélective commune aux entreprises de la zone par un prestataire unique nommé sur la base d’un cahier des charges établi en commun, permet en général d’obtenir de meilleures conditions économiques. Cette collecte peut être également associée à une déchèterie d’entreprise gérée par le même gestionnaire.

Pour le dépôt de substances et de préparations toxiques ou dangereuses, il convient de respecter :

  • des distances d’éloignement par rapport à certaines activités ou type de bâtiment,
  • des conditions d’accès aux services d’incendie et de secours,
  • des capacités minima de rétention,
  • des limitations d’accès aux seules personnes habilitées,
  • l’étiquetage de la dangerosité des produits,
  • des moyens de lutte contre l’incendie,
  • des limitations des quantités susceptibles d’être stockées,
  • des procédures de suivi des mouvements et des incidents…

Le tri à la source de ces déchets industriels spéciaux est obligatoire, car les procédés de traitement, d’élimination et de valorisation ne permettent pas les mélanges qui peuvent souvent s’avérer dangereux.

2Les centres de transfert et de tri des déchets non dangereux2

Les distances entre les lieux de collecte et les lieux de traitement sont parfois importantes, et des centres de transfert sont mis en place afin de réduire les nuisances et les coûts liés au transport et d’optimiser l’utilisation des équipements de collecte.

En fonction des possibilités locales de valorisation, des centres de tri permettent d’affiner la séparation des déchets ménagers recyclables déjà collectés sélectivement et/ou des déchets des entreprises afin de produire des lots de qualité homogène correspondant aux cahiers des charges de reprise des sociétés spécialisées.

3Les principaux types de centre :3

  • Les centres de transfert : Les déchets sont stockés temporairement afin d’être regroupés avec d’autres flux sur la plate-forme. Ces installations permettent de recevoir des lots de déchets collectés dans une zone géographique éloignée des centres de traitement afin d’optimiser le coût des transports de cette plate-forme vers le centre de traitement. Les moyens et parfois les modes de transport pour la collecte d’une part et le transport vers le centre de traitement d’autre part sont différents.
  • Les centres de tri d’ordures ménagères : Les déchets en provenance de collectes sélectives nécessitent un tri complémentaire plus ou moins élaboré afin d’en extraire des flux de matériaux homogènes et ainsi mieux valorisables par les spécialistes (réemploi, recyclage matière ou valorisation énergétique). En général ces matériaux sont reconditionnés afin d’optimiser les coûts de stockages et de transport (mise en balles par exemple).
  • Les centres de tri de déchets industriels non dangereux : Les déchets subissent un tri en fonction des potentialités locales de valorisation. Ils sont ensuite reconditionnés en lots de qualités homogènes correspondant aux cahiers des charges de reprise des recycleurs. Les techniques de reconditionnement pouvant être employées sont par exemple le broyage ainsi que la mise en balles de matériaux.

2Les plateformes de regroupement et de prétraitement des déchets dangereux2

Les mêmes considérations s’appliquent aux déchets dangereux, d’autant plus que les quantités en sont en général plus faibles. Des centres de transfert spécialisés sont mis en place.

Le choix des différentes plateformes utilisées est lié à la quantité et au conditionnement unitaire de chaque déchet collecté, à la typologie du ou des déchets, à la dangerosité potentielle des déchets, ainsi qu’à l’aspect logistique de la collecte :

  • quantité unitaire de chaque famille de déchets collectés (en flacon, bidon, fût, ou palette) : nécessité de former des lots homogènes suffisamment importants à l’aide de déchets en provenance d’autres collectes,
  • typologie : nécessité de préparer le déchet afin de le rendre admissibles en l’état par la filière de traitement choisie,
  • dangerosité : nécessité de conditionner spécialement le déchet afin de pouvoir l’admettre dans une unité de traitement sans risque de réaction avec les autres déchets reçus,
  • déchets nécessitant une préparation modifiant soit son aspect physique soit ses caractéristiques chimiques,
  • distance du lieu de collecte au lieu de traitement nécessitant des véhicules différents, regroupement de lots différents afin d’optimiser les coûts de collecte et/ou de transport.

3Les principaux types de plateforme :3

  • Installation de transit : Une installation de transit peut soit avoir une activité de stockage soit une activité de regroupement de déchets en vue de leur élimination dans un centre de traitement ou une installation de stockage.
  • Installation de regroupement : Les déchets sont immobilisés provisoirement et peuvent être mélangés avec des déchets de provenances différentes mais de nature comparable ou compatible. Le circuit de traitement du mélange est le même que celui de chacun des déchets pris isolément avant mélange.
  • Installation de prétraitement : Les déchets subissent une opération modifiant leur composition chimique et/ou leurs caractéristiques physiques, le circuit de traitement des déchets prétraités étant a priori différent de celui de chacun des déchets pris isolément avant mélange.